Rechercher
  • Jean-Louis Grosmaire

Commentaires sur mes lectures






Voici quelques recensions de livres.


Note : Personne ne m’a demandé d’écrire les recensions suivantes.

Je les rédige par plaisir pour vous présenter les livres que j’ai aimés.

Je ne veux que donner le goût de lire.

Je ne suis payé par personne, je parle de ce que j’aime.



Lundi, le 10 février 2020


Daniel Mendelsohn, Une odyssée, un père, un fils, J’ai Lu, traduit de l’anglais par Clotilde Meyer et Isabelle D. Taudière, titre original An Odyssey, A father, son and an Epic, Éditeur original Knopf, 2017.

Pour la traduction française, Flammarion 2017, 478 p.


Suzanne, une amie, m’a offert ce livre en me disant que c’était un de ses livres préférés.

Je me suis lancé dans la lecture.

Je n’y connais rien à l’lliade et à l’Odyssée, je n’ai que de vagues souvenirs d’école.

Au début, ce livre me paraissait si érudit que j’avais peur de m’y perdre.

Au fil des pages, avec cette manière dont l’histoire est racontée, je fus étonné. Non seulement je voulais continuer la lecture, mais j’apprenais, pas uniquement sur l’Odyssée, mais sur moi-même.

L’auteur est un professeur, j’ai retrouvé avec plaisir l’atmosphère des salles de classe, les questionnements sur notre pédagogie, les discussions avec les étudiants.

(Je ne vous résumerai pas le livre, c’est un tout que je ne veux pas altérer.)

Tout au long de ma lecture, je soulignais des phrases qui me paraissaient importantes, inspirantes de sagesse, de vie.

D’abord, ce livre surprend par sa structure, par la narration (l’auteur parle de composition circulaire, de spirales d’associations d’idées) par les détours, qui relient l’Antiquité au présent, qui rapprochent le fils, qui est le narrateur, au père dont il parle. Finalement, c’est toute la famille que nous rencontrons. Cette façon d’écrire, de raconter est si prenante qu’on a l’impression d’entendre vraiment l’auteur, comme dans une conversation personnelle dans laquelle on va et vient entre les idées, les périodes, les faits, où on rajoute des événements, où on revient sur eux pour les préciser.

C’est la vie d’Ulysse, la vie de jadis et celle d’aujourd’hui, celle des uns et des autres, tout cela est tissé et rendu avec dynamisme, sagesse, détails tout en nous laissant notre totale liberté de penser, de réfléchir, de nous émouvoir.

Oui, c’est un grand livre, on partage les joies, les peines, les frustrations, le parcours de l’auteur, celui de sa famille et on réfléchit, on poursuit la route tracée, le livre continue dans notre esprit.

C’est la quête d’une vraie rencontre entre un père et un fils, une famille, tout cela dans le grand voyage, l’Odyssée.

Ce livre est totalement à part. Parmi ceux que j’ai lus, je ne pourrais pas le classer dans une catégorie, car c’est un témoignage effectué avec une certaine distance, un contexte historique, l’Odyssée, et en même temps l’ouvrage colle à la réalité, nous accroche aux êtres présentés.

C’est émouvant, subtil, ironique, profond comme ces phrases clefs que le père répète parfois, et qui sont si vraies que nous avons l’impression de les avoir déjà entendues dans notre propre entourage.

Difficile de dire simplement que ce livre est bon, cela va au-delà d’un qualificatif, car comme un tableau, c’est un tout, unique, il faut être prêt à l’accepter, et une fois que vous l’avez contemplé, vous vous apercevez que c’est beaucoup plus qu’un tableau, que c’est la vie. Raconter la vie, écrire sur la vie, la relier au fil du passé à ces héros de l’Antiquité et aux héros du quotidien que nous côtoyons, tout cela aboutit à ce livre. Je vous conseille de le lire, tranquillement, sans vous presser, afin de vous imprégner de ce qui est plus qu’un climat, une atmosphère, ce sont de grandes pages de vies, d’émotions, de sentiments, d’affection, de tendresse, de questionnements, tout est imbriqué dans une histoire très ancienne qui tisse un incroyable bouquet de faits, de souvenirs qui nous touchent.


Oui! lisez ce livre au style éblouissant!


Jean-Louis Grosmaire


Jeudi, le 23 janvier 2020


Le premier régiment North Shore

Les Acadiens dans la Première Guerre mondiale

Claude E. Léger

Caraquet, Les Éditions de la Francophonie, 2019, 126 p.


Au terme de la lecture du livre de M. Claude Léger, me revient à la mémoire la chambre de ma grand-mère en Franche-Comté, dans l’est de la France.

La photographie de son époux Pierre était bien en vue sur une commode. Jeune, moustachu, en uniforme, il nous accueillait lorsque nous entrions dans la chambre. La photographie était posée près de l’horloge sous sa cloche de verre. 

Jamais mon grand-père Pierre n’est revenu du front. 

Je retrouve avec émotion des visages semblables sur les photographies du livre de M. Léger. Des jeunes, qui n’avaient pas tous l’âge légal, qui se sont enrôlés, pour plusieurs raisons. Ils sont là, devant le photographe à Valcartier, défilant dans les rues de Campbellton. M. Léger montre leur parcours, celui des officiers, sous-officiers, de l’aumônier qui quittèrent leurs familles pour défendre l’Empire, la France.

Cet ouvrage est un livre de référence, un livre de mémoire, une source pour la recherche. À partir de cette base, les chercheurs pourront explorer d’autres pistes. Les familles retrouveront les noms de leurs parents, de ceux qui partirent, de ceux qui ne revirent pas, qui sacrifièrent leur vie, de ceux qui retournèrent au pays, blessés dans le corps et dans l’âme.

Ce travail précis, puisant aux sources les plus fidèles, offre le reflet d’une époque. On comprend mieux les tensions politiques, ethniques, les concurrences pour s’arracher les jeunes et les enrôler. La rude traversée de l’océan, les destins, sont évoqués; chaque homme est une histoire qui forge la grande Histoire.

Dans ces regards, sur ces photographies, les familles de l’Acadie se retrouveront. Il ne s’agit pas que de l’histoire du 132e bataillon (North Shore), ici est magistralement présentée la vie d’une société prise dans l’engrenage infernal de la Première Guerre mondiale. L’auteur a su nous montrer comment la vie provinciale s’entremêle à la vie fédérale, le tout en temps de guerre.

Étonnantes sont les lignes rapportées par l’auteur sur la culpabilisation publique des mères de famille accusées de retenir leurs jeunes (p.44).

On découvre l’ampleur du travail de recrutement, le rôle des assemblées tenues dans chaque ville et bourgade, l’influence des prêtres, des officiers de l’élite acadienne.

Ce texte est clair, précis, bien documenté, même si les sources, ne sont pas toujours faciles d’accès. 

On évoque fort bien les discours des recruteurs, l’indignation des orangistes, les insultes dont sont victimes les jeunes Acadiens, la guerre, les morts, les blessures, les retours. 

Ce régiment finit par de se fondre dans les autres, un régiment dont on perdit même les drapeaux.

Découvrez ces pages fort instructives sur l’histoire du nord-est du Nouveau-Brunswick, cette région qui saluait ses jeunes défilant dans la musique des fanfares, la fine fleur de l’Acadie qui s’en allait à Valcartier puis par Halifax, vers les vieux pays.


Voici un livre riche, très bien présenté par les Éditions de la Francophonie, illustré de photographies et documents rares. Cette œuvre ouvre les portes des futures recherches, pose les bases, ancre la mémoire pour que l’on se souvienne de ceux qui épaulèrent, au sacrifice de leurs vies, leurs frères d’armes, parmi eux mon grand-père, et tous les soldats pris dans l’immense et douloureuse Guerre mondiale.


Merci à M. Léger de compléter si bien notre mémoire collective. Ces jeunes et leurs familles le méritaient amplement.


Jean-Louis Grosmaire

Écrivain-géographe



Lundi, le 13 janvier 2020


Grève des anges, Henri Lessard,

Ottawa, L’Interligne, 2019, 104 p.


Quel beau livre, à tout point de vue que cette Grève des anges de M. Henri Lessard!

Les Éditions Interlignes soignent la mise en page, l’imprimerie Gauvin donne une texture, une douceur au papier, le format est non seulement pratique, mais très agréable. Cela ressemble un peu aux carnets personnels que l’on aime lire et auxquels on a plaisir à retourner.

Le contenu et le contenant se marient harmonieusement.

Ces nouvelles, s’unissent, se rejoignent, offrant ainsi une série de vues sur le monde, de parcours intérieurs, dans des univers qui ne me sont pas familiers, que je découvre avec étonnement en suivant la plume-caméra de l’auteur.

J’aime ces scènes dans un autobus, devant un ascenseur, ou de l’élève face à son professeur. C’est le quotidien vu sous un angle qui me surprend, m’étonne, m’instruit. Quel style ! c’est fin, les mots sont justes, les dialogues sont vrais, les idées jonglent. Il y a un côté espiègle dans la narration. On est captivé par la lecture et hop! une pirouette nous conduit hors de notre cheminement tranquille. C’est pétillant.

Des réflexions subtiles se glissent en clin d’œil et nous interpellent. Elles sont justes, pertinentes, si bien exprimées, que l’on a envie de les souligner ou de les recopier.

L’auteur joue avec les mots, les idées, il cisèle des phrases qui captivent. Noëlle-Andrée Petit-Lejeune et le professeur Albert Griès, ces personnages nous marquent, nous sommes réellement dans la classe, on écoute, on voit, la tension est palpable, à vous de lire la suite.

Grève des anges ! pas le moindre accueil au paradis. Cette nouvelle ne se résume pas, comme les autres d’ailleurs, on ne dissèque pas un tableau en morceaux.

Voici l’été. Je savoure ces petites phrases si denses, si riches, juste une, p.44 : « Les arbres sont bien en ville. Ils n’ont pas à craindre les feux de forêt ! »

Je m’attends à ce que l’on puise prochainement dans ce livre une foule de citations, mais ce serait dommage, elles font corps avec le texte alors on lira et relira ces pages d’un écrivain prometteur d’un écrivain promeneur, attentif et un peu espiègle de la vie.

Regards, le titre est vraiment idoine. De vraies scènes de temps et d’espace, de fuites et de regards et la finale de la dernière ligne en page 53 ! Bravo !

Les dialogues sont vivants, le ton toujours juste, les histoires bien menées, dans un style frais, revigorant, et dans la joie des mots.

Ce sont les chroniques au fil des jours et des humeurs, des perles, des jeux de rôle, des scènes que l’on ne peut oublier, des sentiments forts.

Lisez Sucrier, magistrale nouvelle!

Page 67. Une perle parmi d’autres « L’adolescence après tout n’est qu’un mauvais moment à faire passer aux autres ! »

Voilà un livre que l’on ne résume pas, que l’on tend à l’autre disant : « Lis, ça vaut vraiment le coup ! »

Restent aussi des images fortes, des scènes, des dialogues et toutes ces réflexions d’un promeneur attentif de la vie des autres, de sa propre vie, un auteur doté d’une grande compréhension des relations humaines et d’un style pur, joyeux, jongleur d’idées et passionné des mots et de la vie.


Jean-Louis Grosmaire









Dimanche, le 12 janvier 2020


C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu l’ouvrage de Mme Francine Ouellette intitulé Johanna, un destin ébranlé par le nazisme.

Montréal, Libre-Expression 2018, 208 p.


Ce livre prenant est écrit avec beaucoup de sensibilité.

Le village dans le sud de l’Allemagne, la proximité de la France, les enfants qui gardent les chèvres, comme moi, jadis, la vie quotidienne, les oies, le ruisseau, la Première Guerre, le retour du père rescapé, et cette icône magique, qu’on retrouvera plus tard sous une autre forme à Strasbourg, la venue des gitans, les maladies, le destin de la parenté, et quelle belle description de Noël, du Mardi gras, de la nourriture!

C’est bien rendu dans un style sobre, précis, élégant.

C’est une fresque, un grand panorama historique avec juste ce qu’il faut de références, c’est également une histoire intime. Nous partageons les joies de l’enfance, le temps jadis, avant le grand cataclysme.

Finalement, on retrouve la volonté de vivre, de vivre malgré tout, en portant deux pays en soi.

Qu’elles sont touchantes ces pages où la mère ne parle plus français à la fin de sa vie !

L’enfance qui revient au bout de la route, c’est le retour, le repli du corps, de la pensée et le début de l’ultime voyage.

Également, un beau partage sur le parcours de l’écrivaine qui évoque la genèse de ses personnages, ses luttes pour que ses manuscrits soient publiés.

Ce livre est écrit avec sensibilité.

J’ai retrouvé ma toute petite enfance en Allemagne, O Tannenbaum, le beau sapin, les forêts et mes amis de naguère à Sarreguemines qui n’est pas si loin de Bexbach, le village de la maman de Francine.

J’ai lu avec émotion ce livre des sources, ces pages du cœur.


Jean-Louis Grosmaire





Dimanche , le 5 janvier 2020


Delisle, Jean, Interprètes au pays du castor,

Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2019, 354 p.


Des truchements de Jacques Cartier jusqu’à Jerry Potts et Jean L’Heureux, Jean Delisle nous offre les portraits d’hommes et de femmes aux destins exceptionnels.

Ces personnes connues ou moins connues, ont toutes, à leur manière, façonné l’histoire de la Nouvelle-France et du Canada.

Souvent, nous ignorons le rôle de ces interprètes et de ces guides, et pourtant, ils furent des acteurs essentiels qui permirent aux Européens de prendre contact avec les populations locales, leurs langues, leurs coutumes, leurs modes de vie.

Ils ont ouvert les chemins vers l’autre. Ils ont non seulement interprété les langues, favorisé la communication, mais, en devenant eux-mêmes des « autres », ils ont dévoilé à leurs hôtes les us et coutumes de leur culture d’origine. Ils furent le lien, parfois le seul ou le premier trait d’union.

Souvent, ils échappèrent à leur culture et à leur pays d’origine pour se fondre parmi les populations autochtones.

Ils ne sont pas seuls, ces voyageurs audacieux, ils sont des relais chez les populations qu’ils visitent, où parfois ils résident et où ils prennent compagne.

Métissés de naissance ou non, ils se métissèrent culturellement. On les voit guider les « découvreurs », les explorateurs, les troupes, les navigateurs, les chercheurs, les chefs d’un bord ou de l’autre.

La plupart de ces femmes et de ces hommes connurent des aventures incroyables.

L’auteur nous captive par la description de ces personnages hors du commun, au destin surprenant : « homme aux jambes de fer », disait-on de Nicolas Perrot (p. 68). Ils eurent leurs qualités et leurs faiblesses, parfois leur bassesse (L’Heureux).

Ils vécurent comme leurs hôtes, souvent pauvrement. Ils affrontèrent conflits, guerres et tempêtes. Dans certains cas, ils allèrent à l’extrême de leurs forces, de leur vie, du continent. Certains furent réduits à la famine, aux pires conditions.

Les espaces de leur vie furent immenses, divers, peu fréquentés par les Blancs.

La venue de l’étranger, du truchement, engendre un étonnement, un choc, dont les conséquences se prolongent jusqu’à nos jours.

Ces interprètes apprirent les langues, furent adoptés par les uns, rejetés par les autres, se marièrent, à la façon du pays, eurent des enfants, se séparèrent, se déplacèrent, s’enrichirent ou se ruinèrent.

Les difficultés à se réinsérer dans la société blanche d’origine, qui n’avait pas que des mérites, mirent souvent ces interprètes « entre l’arbre et l’écorce ». (p. 226)

Il y eut aussi des fidélités solides, celles par exemple, de ces guides - interprètes du nord, Tattannœuck, (p. 179), Tookoolito et Ebierbing (p. 231).

Ces gens de l’ombre, indispensables alliés en terre étrangère ou ennemie, finirent par bien connaître leur milieu d’adoption ou les Européens.

Ils sont souvent tenaces, endurants. Des glaces du Nord aux gigantesques troupeaux de bisons des Plaines, des rives de l’Atlantique aux horizons infinis de l’Ouest, nous traversons avec eux le continent et son histoire. Nous suivons la terrifiante dérive de ces affamés prisonniers sur un iceberg à la dérive, nous chevauchons dans les espaces de ce jeune Canada en quête de terres, nous découvrons le rôle crucial des interprètes et leur influence sur les populations autochtones, ainsi au temps de la pendaison de Louis Riel.

On comprend le choc des cultures, la grandeur et la petitesse des humains dans des régions immenses, où la nature impose ses conditions et où s’activent marcheurs et marchands, au pays du castor, navigateurs, explorateurs, dont les initiatives auraient échoué, dès le début, sans les interprètes.

Ce livre est une mine de films, de romans, un gisement de récits palpitants qui nous éclairent sur notre histoire, celle vécue au niveau des pistes, des canots, de la neige et des raquettes, de la glace et des umiaqs (p. 197).

Cet ouvrage est richement illustré de figures, de cartes et de photographies.

Fascinante lecture, portraits bien documentés, personnes aux destins sans pareils, l’auteur a relevé le défi de les réunir, elles qui furent toujours en mouvement, qui laissèrent parfois des écrits, qui se déplacèrent à travers ces régions dans l’inconfort absolu, qui échappèrent aux uns et aux autres pour réaliser pleinement leur vie de voyageurs, d’interprètes, de pionniers du continent.

Deux mondes transitèrent par leurs mots. Chaque phrase était importante, chaque geste, chaque comportement, traçait les futures rencontres, les relations sur le terrain.

Ces interprètes, Jean Delisle les classe en cinq catégories : « le compagnon des explorateurs, le collaborateur des autorités civiles, l’officier militaire, l’aide-missionnaire et le trafiquant ou l’émissaire de compagnies de fourrures. »

Dans quel camp se situèrent-ils ? Furent de l’un ou de l’autre, ou des deux à la fois ou d’aucuns ? Ils furent souvent déroutants pour bien des leurs, mais finalement qui étaient les leurs ? Au profit de qui se dépensaient-ils ? Pourquoi, et pour combien de temps ? Qui étaient-ils, d’où venaient-ils ? Que voulaient-ils, que fuyaient-ils, que sont-ils devenus ? Qu’avaient-ils à gagner, voulaient-ils d’ailleurs gagner, ou simplement larguer les amarres, se forger une vie à leur mesure ? Où sont-ils allés, quels furent leurs destins ? Que savons-nous d’eux ?

Ce livre ne prétend pas donner toutes les réponses à ces questions, mais il nous ouvre les pages d’histoires éblouissantes.

L’auteur nous montre le rôle si important de ces femmes et de ces hommes des frontières. Nous découvrons leur énergie, leur parcours. Ils atteignirent la marge de leur propre culture, la frontière de leur vie qui bascula graduellement dans le monde des autres, dans de nouveaux horizons culturels et géographiques.

Il en est qui se sont fondus, perdus dans l’autre monde, se sont retrouvés, furent différents, uniques, devenus gens des deux univers.

Guider, survivre, voyager, interpréter, commercer, chasser, négocier des traités fut leur destin.

Comprendre la parole de l’autre, la traduire, la transmettre, se déplacer, cheminer sur les âpres pistes des régions lointaines et rudes, ce fut leur vie.

Ce fabuleux livre d’histoire se lit comme un roman lui-même porteur d’autres romans.

Je l’ai lu avec passion, j’ai beaucoup appris, je fus toujours étonné. J’ai ressenti les joies et frissons que me procuraient les bons livres de mon enfance. Je ne m’imaginais pas les prouesses de ces personnes, leur énergie, leur endurance, leur capacité à traverser les frontières géographiques et culturelles. Ces portraits sont si vivants, que j’étais vraiment en route avec ces voyageurs des cultures.

À vous de découvrir à votre tour ces êtres d’exception. Il y en a que l’on aime, admire et d’autres qui nous rebutent.

Tous furent à la jonction des mondes. Par les mots, les paroles, ils permirent, pour le bien ou le pire, aux uns et aux autres, à communiquer.

Voici un livre essentiel, plus que jamais d’actualité. Il représente une contribution fondamentale à la compréhension de notre réalité canadienne.


Jean-Louis Grosmaire







Lundi, le 23 septembre 2019



Le fils de Bouctouche Claude E. Léger, Les Éditions de la Francophonie, Lévis 2010, 193 pages.


Depuis Le Déserteur de Boris Vian, je n’avais rien lu d’aussi prenant que cet ouvrage.

L’histoire n’est pas celle du Déserteur de Boris Vian, mais celle d’un déserteur fusillé, personnage dans lequel on peut facilement se reconnaître. Le livre ne traite pas uniquement de ce personnage, c’est toute l’Acadie de cette période que nous découvrons.

L’action commence sur un pont, doucement, et nous conduit dans la guerre de 1914-1918, celle des combats en France, celle des déchirements que cette guerre engendre au pays.

Ce livre est un regard sur le Canada, l’Acadie, le monde, sur nous.

Je ne vais pas vous dévoiler le contenu; à travers ce livre, vous comprendrez la complexité de la position des Acadiens face à la guerre, au recrutement, à la conscription.

Il y a des scènes absolument bouleversantes. Je ne comprends pas que l’on n’ait pas déjà réalisé une série télévisée ou un film à partir de cet ouvrage. C’est remarquablement campé, on y est !

Ainsi la rencontre du curé avec le lieutenant Cormier est d’une intensité et d’un réalisme exceptionnels.

L’auteur nous conduit pas très loin du front, dans le nord de la France, où se fait la livraison du matériel, près des premières lignes, les dialogues avec le soldat responsable de cet acheminement sont mémorables.

Reste également en mémoire la rencontre intense entre l’officier et le père du « déserteur », que d’émotions!

Je brûle de vous raconter les scènes les plus marquantes, mais il y en a plusieurs et je vous invite à lire cet ouvrage.

Je souhaite que tous les jeunes de l’Acadie, du Canada, lisent ce livre, leurs parents aussi, peut-être comprendraient-ils mieux le Canada d’hier, le Canada d’aujourd’hui, l’Acadie de toujours.

Ce livre devrait être étudié dans les collèges et les universités à travers le Canada.

Cet ouvrage est à placer directement en tête de liste des livres à lire ! C’est un livre bouleversant, les personnages sont forts, typés et tellement vrais.

Ce livre est un coup de maître ! Vous en sortirez grandis, plus instruits, plus à l’écoute du monde de jadis et d’aujourd’hui.

La Première Guerre mondiale, ce n’est pas si loin.

En toute fin du livre, vous vous attacherez encore davantage à ce personnage qui se nomme Étienne et qui se prolonge sur deux générations.

Je ne vous en dis pas plus.

C’est certainement le livre à offrir.

Ne vous privez pas d’aller à la rencontre de l’Acadie, de tous ces gens happés par l’immense cataclysme de la Première Guerre mondiale.


On sait que l’Acadie est une terre de conteurs, le livre de monsieur Claude Léger m’a totalement captivé, bonne lecture !



Je vous signale que monsieur Léger est également l’auteur du livre Le bataillon acadien de la Première Guerre mondiale, Moncton, 2001, 232 p. Ce livre retrace de la façon la plus complète l’histoire de ce bataillon unique dans l’armée canadienne, bataillon formé d’Acadiens de langue française et catholiques.







Samedi, le 23 mars



Comme que comme, les riblons


Brice Leibundgut

Station Comté,

Morteau, sept 2011,

170 pages


Voici le troisième tome d’une série qui m’a enchanté.

Il y eut Comme que comme et autres tranches de Comté, Comme que comme, le r’virot, et voici Comme que comme, les riblons.

Nous retrouvons ici les acteurs clés des deux livres précédents l’Oncl’Ugène toujours aussi facétieux, et la Lucine Faivre aux propos toujours aussi vifs. Ce sont deux personnages vrais, sympathiques et qui ne s’imposent pas cette autocensure si constante et anesthésiante de nos discours modernes.

Les expressions rapportées par l’auteur sont celles que l’on entend en Comté. Elles sont habilement agencées en véritables petites scènes de théâtre ou séquences de film, une des plus marquantes, pour moi, est celle de la Lucine qui raccompagne ses invités. Combien de fois ai-je vu des amis saluer sans fin mes parents de cette manière, c’est exactement la réalité relatée avec talent.

En lisant cet ouvrage, on se demande à quand un film Bienvenue chez les ch’nis ! ce livre à lui seul pourrait déjà être la base de ce film.

Dans un style léger l’auteur nous offre des pages éclairantes, on apprend ce que sont les joyaux de la couronne, la loupe-à-l’œil, moi, l’amateur de montres, surtout comtoises, je me suis régalé et instruit.

Découvrez ce que signifie beuillot, sangliers et écureuils en Comté.

Un pays se nomme, en Comté les noms de lieux, villages, gens, sont très évocateurs et imagés !

L’auteur nous propose des souvenirs et des traditions, ainsi La cérémonie des étrennes, La quinzaine commerciale, Les conversations à la cuisine, L’arrivée de la télévision, c’est du pur bonheur; nous avons vécu cela, le temps a passé si vite!

Captivantes sont ces Rengaines et fredaines, véritables pages de la vie en Comté, des dialogues d’un théâtre authentique; chaque fois, la saynète bien assemblée se termine par une envolée humoristique,

C’est un plaisir, cela nous change de l’avalanche de mauvaises nouvelles qui nous tombent dessus quotidiennement.

Les anecdotes tiennent en une page et demie, je les lisais au fil des jours, découvrant et retrouvant l’esprit comtois. Prenez votre temps; la Comté, dégustez-la!

Dans le chapitre 6, des poèmes évoquent les sapins, les eaux vives, les lacs, les fleurs, les paysages en des mots qui reflètent tout à fait ce que l’on ressent en Comté quand cingle le vent polaire à la Brévine et se déchaînent les tempêtes en montagnes.

Entrez vous réchauffer l’âme dans les ateliers d’horlogerie, ces maisons où depuis des siècles des experts font chanter les horloges et murmurer les montres. Le poème intitulé Chronomètre recèle à lui seul une forte intensité.

Des vers transmettent l’émotion devant les clochers à impériale en ce pays de missionnaires grands voyageurs.

Au chapitre 7, l’auteur a dû faire le choix pour parler de certains Comtois illustres. La Franche-Comté est parfois trop modeste, pourtant elle a donné à la France et au monde de grandes personnalités. L’auteur évoque Courbet, les neiges de Fernier, et pour finir, rendez-vous à l’école de Landresse, où Louis Pergaud fut instituteur.

La lecture se termine avec le poète Léon Deubel et, en bouquet final, voici Margot la pie.

Comme que comme, les riblons a obtenu le Prix Louis Pergaud, il le méritait amplement. Il est tout à fait dans la lignée du grand écrivain.

L’ouvrage nous ouvre, côté cœur, les portes de la Comté, complétant les deux livres précédents.

Ce triptyque pourrait constituer des éléments constructifs pour un film et pourquoi pas un Dictionnaire amoureux de la Franche-Comté, comme il en existe pour d’autres régions ou d’autres thèmes.

L’auteur exprime avec élégance et talent sa passion pour la Comté, véritable carrefour de cultures et de populations, région diversifiée, de plaines, de plateaux, de montagnes, rivières et lacs, grandes forêts; cette Comté vous la retrouverez dans ce livre chatoyant, instructif et captivant.

Bonne lecture !

Jean-Louis Grosmaire




Samedi, le 23 février


Comme que comme, le r’virot


Brice Leibundgut

Station Comté,

Morteau, mars 2009,

156 pages


Ce livre se déguste comme un repas fin et soigneusement mitonné.


Nous sommes invités à un voyage en Comté, actuelle et celle de jadis en compagnie de deux personnages typés et très attachants, la Lucine Faivre et l’Oncl’Ugène.

Leurs réflexions, expressions, opinions, philosophies au jour le jour donnent à cet ouvrage une atmosphère joyeuse où l’humour côtoie le sérieux de la recherche.

Nous sommes dans la vraie vie,

nous entendons les mots, les tournures de phrases qui tissent le riche parler d’une région.

Les rengaines de la Lucine et les Fredaines de l’Oncl’Ugène nous invitent dans le quotidien des gens de la Comté, comme si la conversation avait été enregistrée discrètement ou que la caméra invisible avait habilement capté les scènes de cuisine ou de café.

L’herbier du Haut-Doubs nous présente une végétation d’une beauté originale et combien éloignée des grands axes de circulation, nous cheminons avec bonheur dans les paysages comtois.

De nouvelles petites histoires complètent avec plaisir cette passionnante promenade en Franche-Comté.

Quelle surprise par exemple de découvrir le Tyrol comtois et de retrouver Louis Pergaud, Alain-Fournier et même Hans-Christian Andersen !


On lit et on se plaît à relire nombre de pages, comme si nous entendions les gens parler devant nous, comme si on les voyait dans leur cuisine ou les rencontrait dans la rue.

C’est un théâtre vivant présenté avec respect, amour de la Comté et avec, souvent, pour terminer, une réflexion imprégnée de l’esprit comtois qui peut être à la fois sérieux et pince-sans-rire.


Un livre à savourer !


Avec lui, vous avez rendez-vous avec la Comté du cœur, la vraie !


Jean-Louis Grosmaire








Jeudi, le 24 janvier 2018


Soleil


David Bouchet,

roman, septembre 2015,

La Peuplade,

318 pages


Le jeune Souleye et sa famille ont émigré du Sénégal vers le Québec. Il y a avant, il y a maintenant, et comment vivre dans un nouveau pays sans se retourner. Le parcours de l’immigrant est souvent difficile et complexe. Pour un immigrant de couleur, noir en particulier, c’est un défi encore plus grand. Parvenir à arriver au nouveau pays constitue en soi un exploit. Puis, cela commence par la location d’un appartement, l’achat du strict nécessaire, la recherche d’un travail, d’une école pour les enfants, etc. Que dire des hivers au Québec qui ne sont déjà pas faciles pour les gens d’ici ? Ce livre raconte la vie d’une famille sénégalaise, les obstacles et les petites joies dans le combat quotidien. La grave dépression du père est ressentie par toute la famille et plus particulièrement par le jeune Souleye, le « Docteur N° 1 » du père. Charlotte, la jeune fille d’en face vit une tragédie auprès de sa mère droguée et alcoolique. Charlotte et Souleye, les deux jeunes voisins vont s’épauler dans cette vie de misère. La mère de Souleye devient le pilier de la famille, on reconnaît la femme africaine dans toute sa force séculaire, comme les femmes de la Nouvelle-France.

Je recommande la lecture de ce livre, parce qu’il nous fait comprendre le parcours difficile des immigrants d’Afrique ou d’ailleurs, parce qu’il ce qu’il nous ouvre les yeux sur les autres, d’ici ou venus de divers horizons. Les gens qui connaissent un peu l’Afrique ou le Sénégal retrouveront avec grand plaisir tous ces mots, expressions de la sagesse africaine, la joie de vivre, la culture, les relations sociales et en contrepoint la société nouvelle, avec ses caractéristiques, ses qualités et ses surprises bonnes ou mauvaises.


L’histoire est rugueuse, mais ce jeune Souleye, d’une étonnante maturité, permet à l’auteur de passer des sentiments de réconfort, des lumières d’espoir. Nous sommes en constante réflexion sur deux continents, deux sociétés, comme dans la vie de l’immigrant. Sauver le père ? Sauver Charlotte, sa mère ? Entre ceux d’ailleurs venus ici au prix d’énormes sacrifices et pleins d’espérance, et ceux d’ici, malpris et tout aussi étrangers dans la société, que de convergences dans la souffrance. À lire ? Bien sûr ! À réfléchir, à partager.

Les observations de l’auteur sur les deux sociétés et ses phrases de grande sagesse africaine de l’enfant sont un pur bonheur. Ce live serait triste s’il n’était habité par la joie de vivre, reflet de la joie de vivre malgré tous les problèmes de beaucoup d’Africaines et Africains, où qu’ils soient dans le monde. Il y a aussi dans ce livre des perles d’humour typiquement sénégalais, des réflexions profondes, glissées doucement, en passant.

Ce livre mériterait d’être porté à l’écran. David Bouchet a déjà fait ses preuves avec La Pirogue, on lui souhaite le succès, il le mérite et on souhaite surtout à nos sœurs et frères d’Afrique de trouver le soleil dans le cœur des gens qu’ils rencontrent, ici ou ailleurs.



Jean-Louis Grosmaire





Dimanche, le 13 janvier 2018


Les émotions cachées des plantes


Didier Van Cauwelaert

Plon 2018

206 pages


L’auteur nous conduit dans le monde des plantes en s’appuyant sur ses expériences personnelles et sur les travaux de spécialistes en la matière.

Pour les personnes qui douteraient du bien-fondé de ses propos, la bibliographie et les arguments appuyés sur des études scientifiques sérieuses devaient permettre de mieux comprendre la vie des plantes et notre vie auprès des plantes.

Les titres des chapitres sont invitants, L’imagination végétale, Les plantes sont-elles sensibles à la flatterie ? Les transmissions de pensée entre la plante et l’homme... même si l’auteur est un excellent vulgarisateur, certains propos sont parfois un peu trop pointus pour moi, c’est le défi de la présentation de ces questions au grand public, dont je fais partie. Je comprends que l’auteur ne puisse aller plus loin dans la simplification sous peine de dénaturer l’expérience scientifique menée par d’éminents chercheurs. Si je suis plus sensible à ses pages où il évoque « son » poirier ou le platane de Jean-François Deniau, j’ai aussi beaucoup aimé les pages où il nous explique comment les plantes réagissent aux dangers que représentent l’humain ou d’autres plantes ou créatures, et comment les plantes réagissent face à la mort d’un ami ou à la musique.

Certes, nous avons déjà lu des textes un peu semblables chez d’autres auteurs, ou nous nous souvenons de rencontres ou de témoignages de gens ayant eu des expériences originales avec les plantes, mais ce qui est important pour moi, c’est que l’auteur démontre scientifiquement ce que nous devinons sans être capables de le nommer, que nous ressentons sans pouvoir clairement l’exprimer et encore moins le prouver, soit cette relation spéciale avec les plantes. En cela, ce livre est remarquable, il fournit des bases solides, crédibles aux gens qui, comme moi, peuvent passer pour des êtres aux idées bizarres, car attentifs aux plantes et à leur bien-être, qui devient le mien, le nôtre.

Je vous laisse découvrir le dernier chapitre, Les plantes et l’avenir, ce sont des pages intenses qui nous conduisent à la réflexion, autant sur le passé que sur le futur, tant les enjeux furent et sont, plus que jamais, considérables à tous points de vue, économiques, humains et autres. L’auteur est engagé, il relate des faits bouleversants.


Je conseille la lecture de ce livre qui est à lui seul une thérapie, car finalement nous sommes conviés à une plus grande harmonie avec le monde végétal, à une attention particulière à cette extraordinaire diversité des plantes, à leur intelligence (après la lecture de ce livre, on peut le dire) à leur incroyable capacité de vivre, croître, se multiplier depuis la nuit des temps, alors que l’humain n’en était qu’aux balbutiements.


C’est un livre régénérateur, un livre passionnant, qui nous éveille à la grandeur du monde des plantes où elles déploient leurs sensibilités, émotions, souvent leur beauté, et leur réconfortante présence.


Sommes-nous prêts à ces découvertes ?


Jean-Louis Grosmaire




Vendredi, le 7 décembre 2018


Cueillir la beauté

Poèmes et photographies


Sainte-Croix

Janvier 2017, 64 pages


Jean-Philippe Chavey

www.jpchavey.com



Depuis des mois, je voulais publier une recension de cet ouvrage, j’attendais d’avoir un blogue pour le faire.

Ce livre est inclassable tant la pureté qui en émane nous apaise, réconforte, réconcilie avec nous-mêmes et la nature.

Premier contact, la couverture rigide est illustrée par des photographies pleines de joie.

Chaque page, chaque photographie est d’une exceptionnelle délicatesse, ce n’est pas que de la beauté, c’est plus, une intimité avec la nature, nous entrons dans le paysage discrètement, en contemplation, tout est douceur, jeux de lumière, attention admirative.

Il est rare qu’un livre de photographies apporte autant d’émotion, cela tient au fait que l’on sent le photographe en communion totale avec le sujet observé et par les textes l’auteur a la capacité de nous transmettre son état d’âme. Il s’établit alors une rencontre entre nous et le paysage, comme si nous étions sur place, à l’instant magique, on sait que c’est furtif, que les couleurs, les contours, la lumière, l’animal s’effaceront dans quelques fractions de seconde, nous cueillons cet immense bonheur d’être présent dans l’infiniment court instant. Ainsi, les yeux du renard en page 30 sont d’une puissance de communication exceptionnelle et le poème qui lui fait face est un cadeau de pensées qui nous touche droit au cœur.

Il en est de même tout le long de ce livre d’une émotion intime et grandiose à la fois.

J’ai lu et relu ce livre, j’y retourne.

Noël approche, c’est le temps des présents, s’il en est un à offrir, c’est ce livre.

Lisez le poème « Qu’as-tu changé, Noël ? »; vous comprendrez cet auteur, Noël, et la vie tout autour de nous qui palpite et se bat en quête éperdue de paix et de Lumière.

Toute cette beauté admirée par l’auteur le conduit sur les voies de la spiritualité, la Création le rapproche du Créateur.


Ce livre est un chemin intime et clair vers le beau en nous, autour de nous et au-delà de nous.


Jean-Louis Grosmaire





Mercredi, le 5 décembre 2018


Comme que comme

et autres tranches de Comté


Brice Leibungut

Station Comté

Morteau 2008

184 pages



On sait que le voyage s’enrichit, lorsque possible, des rencontres avec les gens du coin qui partagent leurs coups de cœur, nous ouvrent la boîte magique de leurs trésors locaux. Pour cela, il faut prendre le temps de l’écoute. C’est en parcourant les chemins de campagne, que le vrai pays se découvre.  Sous la plume de Brice Leibundgut, nous empruntons ces sentiers en compagnie de deux joyeuses et délurées personnes typiques de la région comtoise, la Lucine Faivre et l’Oncl’ Ugène. Leur parler est d’une incommensurable richesse. Leur philosophie est tout aussi étonnante, ironique, savoureuse, pince-sans-rire. Avec eux résonnent les expressions et mots authentiques, les phrases gorgées de vie, comme celles que l’on cueille au Québec, en Acadie ou ailleurs dans la francophonie.  Ce livre est du théâtre vivant puisant aux sources historiques sérieuses. Livre érudit certes, mais jamais ennuyeux. Nous sommes reconnaissants à l’auteur d’avoir enregistré dans son esprit ces séquences du quotidien, cet art de vivre, de la maison à la campagne, de la cuisine à la forêt, où on se promène avec plaisir, tant les mots et les scènes captent notre attention. J’ai retrouvé beaucoup de tournures, de commentaires, d’attitudes de la Haute-Saône, c’est bien le signe d’une commune appartenance. Si je distingue des nuances, le ranqueni, ou le graillon, on ne les prononçait pas tout à fait de la même façon dans le village de ma grand-mère et cela variait presque d’un village à l’autre ! mais c’est bien de cela qu’il s’agissait. La pelle à ch’ni, bien sûr, et la patte à r’laver, devenait la guenille à r’laver, mais c’est bien la même guenille pendue sur l’évier ! Les quatre heures et tous ces délices qu’enfant nous récoltions en raclant les plats à gââteau (sic) de nos grands-mères, on lit et tout nous revient en mémoire.  C’est un plaisir constant que de rêver en ces pages qui nous conduisent vers les villages, les clochers comtois, le tas de fumier de jadis, ou chantent les noms, les prénoms, les surnoms, dont on découvre l’origine.  Souvent, au cours de ma lecture, j’ai eu l’impression d’être réellement en Comté, d’entendre, de voir ; pour un Comtois de l’extérieur, quels merveilleux rappels ! Brice Leibundgut, en quelques mots, redonne vie au passé, éclaire le présent, en l’expliquant sans forcer la note et nous captive par la richesse du vocabulaire, l’originalité des lieux, la force des personnalités.  Ce livre est passionnant, on y retourne, comme enfant lorsqu’on fouillait dans la vieille armoire comtoise. Tout reprend vie, sur un ton léger et sérieux à la fois, en humour et en sagesse comtoise. Tout au long de ma lecture, j’ai souligné, annoté, mis des points d’exclamation qui sont en réalité des points d’appréciation. Ce fut pour moi un merveilleux voyage en Comté !




Franc comme un Comtois


Brice Leibundgut

Les rapponses de l’Histoire

Station Comté

Morteau, mars 2014

158 pages


L’auteur a l’art d’aiguiser notre curiosité.

Captés par les trouvailles, nous entrons dans le monde comtois à travers des personnages très différents les uns des autres et qui ont tous la particularité d’avoir un réel attachement à la Comté.

Il y a ceux qui sont devenus célèbres et ceux qui sont moins connus et qui grâce à ce livre reviennent à la lumière.

Je ne dévoilerai que quelques aspects de l’ouvrage.

La démarche de l’auteur est originale, il cerne tout ce que se relie au sujet qui a retenu son attention. Tel un détective, au-delà du thème, il nous offre un regard circulaire sur la société de cette époque.

Ainsi, nous découvrons avec grand intérêt une photographie de Léon Deubel dans un cimetière et à partir de cette photographie nous côtoyons ce poète au parcours bien trop bref et nous retrouvons Louis Pergaud.

On apprendra également dans ce livre comment comprendre les peintures comtoises, célèbres ou non, représentant les enterrements ou les processions. Cela nous en dit long sur le monde comtois d’alors.

Quant aux monuments aux morts, nous ne les observerons plus de la même façon. Le sculpteur Louis Hertig, se révèle un vrai artiste que l’on en juge par le monument aux morts de Morteau, c’est un cri, une douleur, un souffle !

Il suffit d’une photographie de mariage dénichée dans une brocante pour que tout à coup surgisse une famille et que l’on plonge dans la Résistance et le destin tragique des frères Mercier. Ce sont des pages que l’on ne peut oublier !

Brice Leibundgut nous conduit dans les églises de Rome, sur les traces de Pierre-Étienne Monnot. Arrêtons-nous, écoutons les commentaires de notre guide éclairé.

Je vous laisse savourer les propos de l’auteur au sujet d’une lettre inédite du Père Parrenin. Vous vous retrouverez subitement à la cour de l’Empereur de Chine. Cela vous tentera certainement de lire son passionnant ouvrage sur le père Parrenin, La rhubarbe et la pivoine.

Intrigante est cette photographie de Louis Pergaud prise par l’agence Meurisse. L’auteur analyse en détail ladite photographie et ainsi nous entrons dans le bureau de travail de Louis Pergaud.

Louis Pergaud, Alain-Fournier, deux grands écrivains, trop tôt disparus, et surprise, au terme de cette recherche vous aurez rendez-vous avec Dalida !

Belle découverte que les œuvres du peintre Auguste Pointelin ! Nous sommes enchantés par ses paysages jurassiens vastes comme l’océan !

Des champs, un ciel ample, comme La mer à marée basse à Trouville de Gustave Courbet, judicieusement représenté dans l’ouvrage.

Chaque chapitre, aussi bien celui sur les anges que l’analyse d’une lettre de Gaston Robbe à Jules Zingg nous permet de mieux connaître la culture comtoise.

Lisez, puis admirez ces peintures de villages comtois sous la neige. Noël-Cerneux en hiver, me rappelle tant les peintres du Québec, entre autres Clarence Gagnon (1881-1942) on y cueille l’âme d’un pays !

Boris Simon vous est peut-être inconnu, pourtant c’est un grand nom qui vous reliera à l’Abbé Pierre !

Franc comme un Comtois se termine par une visite dans les églises à la suite du sculpteur dénommé Sire. Que de talent !

L’auteur ouvre des aperçus, des fenêtres sur des personnages importants de la culture comtoise, des artistes parfois un peu oubliés de nos jours et qui méritent vraiment d’être connus.


Le livre se lit avec beaucoup de plaisir, car si la recherche est sérieuse, le ton laisse place à l’humour.

Franc comme un Comtois est une invitation à de nombreuses découvertes surprenantes qui conduisent à une meilleure compréhension de la culture comtoise si riche, si multiple et si foisonnante.


JLG

Québec

le 12 novembre 2018






J’avais déjà lu et admiré, sous la direction du même auteur, le livre France — Canada — Québec 400 ans de relations d’exception, sous la direction de Serge Joyal et Paul-André Linteau, les PUM, 2008, 328 p.

Dans Transposer la France, L’immigration française au Canada (1870 -1914) Éditions du Boréal, 2017, 416 pages, Monsieur Linteau, Monsieur Frenette et Madame Le Jeune, ont rédigé une œuvre d’une ampleur jamais égalée dans l’histoire de l’immigration française au Canada. Que de recherches !

J’ai lu avec un très grand intérêt ces histoires personnelles, car ils ont, lorsque possible, été jusqu’à l’individu. De Halifax à Vancouver, de la France à l’Ouest canadien, j’ai retrouvé des récits de ces immigrants que j’avais lus au cours de mes travaux.

Les Français se glissent entre les statistiques, se faufilent dans les colonnes, se fondent dans les populations, plus ou moins vite certes, à ce sujet les propos sont pertinents et nuancés.

Les auteurs ont fort bien expliqué la difficulté de mesurer les migrations internes, et les retours.

La césure de la Grande Guerre est bien étayée, c’est le départ, la mère au foyer, les morts, le non-retour ou les blessures, la famille transformée, femmes et enfants, personnes âgées restant au Canada. Les relations avec les autres, les Métis, les Canadiens français, les métiers exercés, tout m’a intéressé.

J’ai lu avec attention vos pages sur les relations avec l’Église et au sein de l’Église, les tensions entre les religieux venus de France et les Canadiens, quelles pages éclairantes en Acadie !

Dans les Maritimes, avec les Acadiens, Saint-Pierre et Miquelon ou dans l’Ouest dans cette Colombie peu vantée par les agents recruteurs, dans ces terres de prospecteurs, d’aventuriers les auteurs ont su repérer les commerçants, les familles qui se regroupent parfois autour des missionnaires.

J’ai retrouvé avec plaisir les complexités du problème du recrutement en France.

Dans les Arts, les Lettres, le journalisme, vous dressez un portrait très complet.

Je souhaite à ce livre un grand succès, je suis certain qu’il s’inscrira dans la durée.

Il sera une base solide et indispensable pour les études à venir.



Café Touba

Léah Touitou, Éditions Jarjille 2018, 112 pages


J’ai beaucoup aimé cet ouvrage. Le premier sentiment qui me vient est le respect. Aucun jugement, aucun paternalisme, une découverte, une immersion en toute amitié dans ce pays.

C’est un récit passionnant, instructif, même pour moi dont la belle enfance fut sénégalaise, on sent que l’auteure a vécu ce qu’elle dessine, écrit, partage. Cela est vrai, partout ! L’auteure a su surmonter les embûches et rejoindre l’âme des gens, d’un pays nouveau pour elle.

Il y a de la tendresse, l’auteure a capté et montré, en douceur, les valeurs humaines de ses hôtes. Elle a observé attentivement, et rendu ses perceptions en finesse, humour. Les dessins, aux détails pertinents, parlent ! Ils nous conduisent, nous guident, nous font voyager, recréent le climat. Les dialogues, les réflexions, les réactions sont vraiment du pays. Les paysages, les visages, les situations sont très bien campés.

Bref, j’ai été enchanté.

​​​

De l’Ombre à la Lumière ‒ Les nouvelles aventures humaines et félines des Chats Libres de Nîmes Agglo


De l’Ombre à la Lumière est une courtepointe d’émotions, d’énergie et d’espoir.

Au fil des pages, ces chats nous parlent, captent nos sentiments. Un lien se tisse, la tendresse a gagné !

À vous de l’Association, qui ne comptez ni votre temps, ni votre énergie et qui avancez malgré tout, les lectrices et lecteurs qui se procureront ce livre, comme moi, vous diront merci. Merci pour les petites âmes qui grâce à vous vivent et enfin sortent de l’enfer. Ce livre est une mine d’émotions, de réconfort et d’espoir. Ce livre vient du cœur et c’est là qu’il se loge !

Le peuple de l’ombre

Chacun des récits est touchant, poignant même. On ne peut rester insensible à ces témoignages. Il y a l’indifférence, pire, la cruauté envers ces petites âmes qui nous côtoient et que nous abandonnons. Une société qui ne prend pas bien soin des animaux est une société malade. L’état de l’une est le reflet de l’autre.

Il y a tant de phrases à souligner tout au long de ce livre. Les photos sont bouleversantes, les regards nous interpellent. Quand l’humain ouvre vraiment les yeux et prend conscience de la misère qu’il crée, alors s’ouvre son cœur.

Lord seigneur des rues roumaines

Il y a des petits livres qui sont de grands ouvrages, Lord seigneur des rues roumaines (de Blandine P. Martin, les Éditions du Puits de Roulle, 2016), est de ce type. Est-ce la lumière des yeux de Lord, est-ce le récit si bien mené? Il émane, malgré l’âpreté de la situation, une belle pureté dans ces pages, pureté qui ressemble à celle dégagée par le regard de Lord, qui est le reflet de tant d’autres chiens qui nous interpellent.

Il y a tant d’autres chiens à sauver. Lisez ce livre! Lord fera votre conquête, et peut-être d’autres Lord rejoindront-ils des foyers de bonheur ?

Bonnes lectures !

JLG



Les renégats de Ville-Marie,


André Sévigny

Les Éditions GID

490 pages


André Sévigny nous présente le Sergent Dieulefit dans une immense aventure. Que l’on ait lu ou non le premier ouvrage, on sera tout de suite immergé dans le monde de Ville-Marie en 1703-1704.

L’auteur a l’art de décrire cette bourgade en passant du boulanger jusqu’aux trafiquants de fourrure vers Manhatte.

Nous voici plongés dans une période, on capte des odeurs, des sons, on voit très bien les visages, les rues, les maisons, les arbres. On rencontre des personnages qui ont manqué cette petite ville, cette contrée, la Nouvelle-France.

Le récit est vivant, alerte, plein de rebondissements. Ville-Marie s’anime sous nos yeux. Quel monde ! On entend le parler des gens, les mots sont toujours justes, les dialogues sonnent vrais, les rappels historiques précis nous permettent de nous situer, de comprendre, d’apprendre. Nous entrons dans les auberges, les grandes maisons ou les bouges, les maisons longues ou chez le boulanger. Nous voyageons vers Fort Frontenac ou vers Deerfield, nous sentons le vent chaud ou glacé, nous sommes en carriole ou à cheval. Nous sommes dans le temps, surpris par la violence ou par la bonté, par les alliances ou les trahisons.

Les personnalités sont fort bien campées, on assiste aux rivalités, aux jeux politiques des uns et des autres, aux coulisses diplomatiques, l’auteur a l’art de nous montrer la complexité du tissu des relations entre les différentes populations dans cette société si hiérarchisée.

Le travail de l’historien est minutieux, la recherche ample, l’exposé clair. La vie en ces temps, en cette région, tient à peu. La description de la guerre peut nous surprendre, mais ces combats ne sont-ils pas aussi horribles, cruels, que ceux qui se mènent en Europe à la même période, ne sont-ils pas semblables aux guerres qui déchirent notre époque ? Comme si nombre de livres d’histoire avaient lissé les événements, la furie des raids, la cupidité de certains et la grandeur des autres.

C’est une vaste fresque, même si le récit se déroule en peu d’années, c’est un ouvrage panoramique, une mise en scène complète, fouillée, détaillée, solidement étayée, prenante.

Ce livre constituera certainement, pour beaucoup, une découverte de la vie en Nouvelle-France, à Ville-Marie, et sera une excellente introduction à l’Histoire dans ce qu’elle a de local, de régional et d’universel.

Ces heures de voyage dans le temps se prolongent par des réflexions, des questionnements, sur jadis et aujourd’hui, sur nos relations avec toutes les communautés qui composent nos sociétés, sur l’ampleur de l’influence du passé sur notre présent et notre avenir.

Les rues d’autrefois s’animent, les gens sortent de leur cadre, vivent, souffrent, espèrent, les lieux sont réhabités, le temps se déroule au rythme de la Nouvelle-France.

Après la lecture de ce livre, vous ne marcherez plus de la même façon dans le Vieux-Montréal !


https://www.andresevigny.com



Dieulefit -la Nouvelle-France en sursis

Marcel Broquet Éditeur

448 pages 2013


http://www.marcelbroquet.com


Si vous aimez les livres d’atmosphère, qui vous immergent dans une ambiance, un climat, une période, le livre de M. André Sévigny, Dieulefit, est pour vous.

On lit avec grand plaisir ce roman qui nous plonge dans une période parfois oubliée de notre histoire.

Que s’est-il vraiment passé à Québec au début du XVIII siècle ?

Dieulefit, la Nouvelle-France en sursis, nous permet de vivre à Québec au milieu des petites gens, des marins comme de l’aristocratie.

Voici un beau livre, remarquablement édité, l’illustration en page couverture nous interpelle, et tout au long de la lecture, on en comprend davantage la signification.

Le papier d’allure ancienne sied à l’époque et rend la lecture reposante. Puis, on se laisse emporter par le récit.

Parfois, l’histoire s’enferme dans des revues spécialisées, ici, nous y touchons dans une fresque romanesque où l’on rencontre plusieurs personnages historiques.

Des faits réels se tissent au roman, les précisions historiques encadrent fort à propos, l’intrigue qui se déroule entre France et Nouvelle-France.

Si vous aimez les mots et leur histoire, vous vous régalerez avec, entre autres la signification de « sur le volet », « jarnicoton », ou l’emploi de cet élégant « tapabord » etc. L’auteur utilise toujours le terme idoine, aussi bien pour décrire un château, qu’un pigeonnier du Poitou, l’armement, le mobilier ou les parties d’un navire.

Sévigny montre bien comment, graduellement, les Français de métropole et les Canadiens finissent par se différencier.

Une véritable intrigue policière, d’espionnage, des réflexions sur la vie, les espaces, l’histoire, les luttes, les bonheurs, la précarité quotidienne (les cartes à jouer comme monnaie), les ressentiments des gens vis-à-vis des restrictions de farine, le rôle de l’intendant Bégon, les ravages de la rougeole, la majesté du fleuve et ses dangers, son rôle stratégique, tout cela s’imbrique judicieusement dans la trame romanesque.

France, Nouvelle-France, Nouvelle-Angleterre, création de Louisbourg, les liens avec l’Acadie, le rôle des Abénaquis, tout a une incidence sur la vie à Québec, la ville est en elle-même un personnage.

Ce roman vous tiendra en haleine jusqu’aux dernières pages qui sont haletantes.


JLG






179 vues

© 2018 - Jean-Louis Grosmaire, auteur

www.jaimonsite.ca, concepteur création de sites web à quebec

CONCEPTION DE SITES WEB